Chroniques et articles 

Giuseppe Bergman Aventures Vénitiennes

18.04.2015

Publié en 1980 HP et Giuseppe Bergman est apparu dans les romans (à suivre) des éditions Casterman, ce titre qui précédera Jour de Colère porte désormais et à juste titre l'intitulé suivant Giuseppe Bergman Aventures Vénitiennes. Cette nouvelle publication des éditions Drugstore très épurée est de qualité; le lecteur est ouvertement invité à pénétrer un univers riche, sensuel, subtil, parfois satirique et ô combien amer. On pense à Marcello Mastroianni qui a été l'alter ego à l'écran de Federico Fellini... Un personnage qui changeait de forme comme de visage, alternativement tendre, cruel, souvent mélancolique, il devait happer par son jeu d'acteur les volontés d'un cinéaste qui lui offrit certains de ses plus beaux rôles. En un sens Giuseppe Bergman vient jouer le même rôle pour Milo Manara. Un auteur qui a choisi l'érotisme comme trait fondamental de sa carrière d'artiste, un érotisme qu'il maîtrise d'ailleurs dans ses moindres nuances jusqu'aux regards de ses femmes, félines... des regards qui pourtant ne sont que des traits posés sur le papier. Milo Manara joue avec nos sens mais il offre surtout un véritable questionnement au lecteur. Car, au delà de l'érotisme, les aventures de Giuseppe Bergman sont une réelle invitation à la réflexion.

 

L'érotisme s'exprime par cette aptitude à aimer, obsessionnelle parfois, cette aptitude demeure le catalyseur de nos faits et gestes, elle devient cette curiosité, cette fascination pour l'autre que l'on reconnait par ses désirs et ses attentes. D'autant que la sexualité se définit comme étant cet ensemble des tendances et des activités qui, à travers le rapprochement des corps, recherchent l'accomplissement global de la personnalité.Giuseppe Bergman est en quête de cet accomplissement, en quête de lui-même. Merleau-Ponty écrit en 1945 dans sa Phénoménologie de la Perception cette affirmation : La violence du plaisir sexuel ne suffirait pas à expliquer la place que tient la sexualité dans la vie humaine (...) l'érotisme étant selon lui cette épreuve permanente de notre psychisme qui permet d'arriver à des moments d'autonomie et de dépendance, bref à des instants de fragilité féconde où chaque personne retrouve une partie de son identité et reconnait une partie de ses attentes vis à vis de l'autre. Cette construction qui nous permet de mieux aimer l'autre, de s'apprécier soi même avant d'aimer l'autre, cette identité construite, cette quête de soi porte un nom : l'aventure.

 

Je vais te poser une question... Pour toi l'aventure est-elle évasion ou connaissance ? ou plutôt, doit elle nous faire oublier nos problèmes ou doit-elle nous suggérer une façon nouvelle de les affronter ? 

 

Ces réflexions sur un monde où l'aventure devient un parcours initiatique qu'il est difficile de suivre Milo Manara les partage, son Giuseppe Bergman n'est pas un Corto Maltese, pour lui l'aventure est emprisonnée dans les carcans d'une société moderne où il est tout simplement impossible de s'évader, où l'individu est condamné à n'être qu'un "acteur" dans les méandres des marchés économiques, impuissant qu'il est dans ses frontières inhumaines, où une révolution conduit à un nouvel establishment et où finalement le héros n'est qu'un anti-héros parmi tant d'autres enclavé dans sa vieille Europe qu'il traîne à ses pieds comme les boulets du forçat et qu'il va jusqu'à retrouver en Amazonie. Mais... l'aventure, l'aventure, elle est là, toute proche... elle est là... Giuseppe Bergman n'est pas seul, il a un maître...

 

Giuseppe Bergman n'est pas Corto Maltese, il n'a ni son élégance ni son aura, et Milo Manara n'oserait pas en faire un tel personnage car il ne voudrait ni ne pourrait égaler ce maître qu'est Hugo Pratt. Pourtant l'aventure vient à Giuseppe Bergman comme elle embarque Corto Maltese, l'aventure se vit, elle ne se décrit pas. Et elle se vit dans notre quotidien. HP est là pour nous le rappeler, cette vie est un théâtre et il ne tient qu'à nous d'en réciter la pièce... Hugo Pratt devient sous le trait de l'auteur un personnage, lui qui a offert à ce dernier El Gaucho et Un Eté Indien, deux trésors du 9ème Art. Giuseppe ne sait plus où il va, cette aventure l'épuise et il ne la voit pas... Il est soudain à Venise, de retour d'un étrange délire, il retrouve enfin HP, qui monte sur un vaporetto, et qui lui part pour de bon vers l'aventure, la vraie ! Giuseppe lui parle en vain, il lui demande de lui donner une autre chance, maladroit qu'il est. Hugo Pratt marche dans les ruelles de Venise, banal personnage désabusé par un disciple qui décidément n'a pas compris, l'aventure est là, elle est là, juste là sous nos yeux... il dit à son élève de partir, de rentrer dans le rang et de le laisser tranquille, HP a perdu beaucoup trop de temps... Il part seul, il enjambe les dalles vénitiennes, il marche vers ces ponts qui enjambent les rues aquatiques de cette ville si vaporeuse... Un carnet tombe des poches de HP qui disparait... Giuseppe le ramasse... s'assoit près d'un puit et lit... 

 

J'avais quatre ou cinq ans, peut-être six, à l'époque où ma grand mère me demandait de l'accompagner jusqu'au vieux ghetto de Venise... Nous allons rendre visite à une de ses amies, Madame Bora Levi, qui habitait une vieille maison... on accédait à cette maison par un escalier en bois, d'un autre temps, appelé "l'escalier extravagant" ou bien l'escalier turc... Madame Bora Levi me donnait une dragée, une tasse de chocolat épais et bouillant, et deux biscuits sans sel, qui ne me plaisaient pas... Puis grand mère et elle, régulièrement, s'asseyaient et jouaient aux cartes, souriant et murmurant des phrases incompréhensibles pour moi... Ainsi donc il ne me restait qu'à passer minutieusement en revue chacun des cent médaillons, suspendus au mur de velours, rouge sombre qui m'observaient derrière leur ovale de verre (...) un peu embarrassé j'allais à la fenêtre de la cuisine et je regardais en bas : une petite place herbeuse avec une margelle de puits recouverte de lierre... Cette petite place a un nom : Cour Secrète dite de l'arcane. Pour y entrer il fallait ouvrir sept portes, chacune d'elle portait gravé le nom d'un...

 

Cette vie est une incroyable aventure, une aventure si courte que l'on ignore qu'il faut la raconter, à ceux que l'on aime, à ceux qui restent. Combien d'histoires ont pu disparaître avec ces êtres qui passent dans nos vies mais ne demeurent pas ? Combien de récits de vie qui sont de si magnifiques aventures ? Parfois ces souvenirs sont là, ce grand père qui nous aimait tant... à nous de ne pas l'oublier, cette femme que l'on a aimé, que l'on aime, cet homme, cette âme soeur, ces instants de vie sont des trésors, des trésors dont la banalité n'est qu'une écorce mais qui en leur noyau cache une aventure unique qui mériterait que l'on s'y attarde, que l'on s'arrête un instant pour en apprécier l'essence, cette femme que l'on aime, cet être qui est parti, cet enfant, ce trésor, mérite qu'on le raconte, mérite qu'on lui dise qu'à lui seul il est notre plus belle histoire.

Please reload

Archives 

Lorsque Nous Vivions Ensemble (同棲時代)

1/2
Please reload

Articles récents 

18.4.2015

18.4.2015

Please reload

Archives
Please reload

Recherche par mots -clés
Please reload

Nous suivre sur 
  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Instagram Carré noir

© 2011-2018 - Tous droits réservés - Articles et design web :  Marwan Kahil - Littérature Graphique        Mentions Légales